Européennes: le «crève-coeur» de Vincent Peillon. Et alors ?

Dimanche 1 mars 2009

Vincent Peillon était l’invité ce dimanche matin du «Grand Rendez-Vous» Europe 1-Le Parisien-Aujourd’hui en France. Proposé comme tête de liste pour le Sud-Est pour la liste soumise au vote des militants le 12 mars prochain, le député européen sortant Vincent Peillon s’est exprimé lors de cette émission au sujet de son « parachutage » : «C’est contre mon plein gré», a-t-il expliqué, ajoutant que c’est «un crève-coeur». «Ce n’est pas un choix que j’ai fait. C’est un choix qui résulte des résultats du congrès (de Reims).» «Est-ce que je souhaitais être député européen dans la région nord-ouest? Bien entendu, c’est ma région», a-t-il poursuivi.

Et voilà qu’à 15h15 ce dimanche, mon portable sonne. Une journaliste de Rue89 veut connaître mon sentiment sur la déclaration de Vincent Peillon. D’abord surpris par sa question, je lui ai rappelé qu’il y avait encore le vote des militants socialistes sur la liste (qui compte 26 noms aevc les suppléants). Ensuite, passablement irrité, je lui ai dit que j’aurai préféré qu’elle m’appelle pour connaître mon sentiment sur le texte-socle proposé par le PS « Donner une nouvelle direction à l’Europe« mais, non. Certains journalistes s’intéressent toujours et encore aux petites phrases au lieu de s’intéresser au fond. C’est vraiment dommage.

Quand on déménage d’une maison par exemple dans laquelle on a passé toute son enfance, son adolescence et même ses études universitaires, c’est toujours avec un pincement au cœur qu’on la quitte, non ?
Et bien pour Vincent Peillon ex-député de la Somme, patron de la fédération PS de la Somme pendant plusieurs années, quoi de plus normal que d’avoir un pincement au coeur en quittant son département et sa région ?

Dans l’après-midi, Vincent Peillon a dans la foulée précisé à l’AFP : « Si c’est difficile pour moi de quitter la Picardie, je suis très honoré de pouvoir conduire la liste dans le Grand Sud-Est, et de l’accueil que m’ont réservé les responsables« .

Il devrait être dans la région Sud-Est cette semaine et sans l’ombre d’un doute, il sera accueilli comme il se doit par les militants et élus socialistes.

Lire l’article sur Rue89.

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Un commentaire sur “Européennes: le «crève-coeur» de Vincent Peillon. Et alors ?”

  1. stephane

    En tant que militant socialiste de Marseille, je ne considère pas Vincent Peillon comme un parachuté mais comme une personnalité nationale de premier plan qui va porter les propositions de son parti dans une région de plusieurs millions d’habitants.

    Michel Rocard a conduit la liste socialiste dans le Sud-Est il y a 5 ans et le PS ya fait un de ses plus beaux scores nationaux. Lui aussi était accusé d’être un parachuté.

    Il faut arrêter avec ce débat stérile sur les personnes : dans toutes les régions de France, nos candidats vont défendre le même programme : nous avons la chance d’hériter d’un des plus talentueux leaders du PS. Pourquoi s’en priver ?

    Rendez-vous le 7 juin au soir pour les résultats.

    #631

Laisser un commentaire