Mon intervention devant le Consulat de Turquie à Marseille après la mort de Hrant Dink

Sunday 21 January 2007

A l’initiative du CCAF Marseille Provence, un rassemblement a été organisé le 20 janvier 2007 devant le Consulat de Turquie à Marseille, avenue du Prado, en réaction à l’assassinat du journaliste turc d’origine arménienne Hrant Dink. J’ai pris la parole quelques minutes pour m’exprimer au nom du Comité de Défense de la Cause Arménienne (CDCA) Marseille Provence.
Plusieurs centaines de personnes se sont réunis, dans la dignité et le respect. J’ai vu des larmes chez certains, l’envie de crier chez d’autres.
Voici mon intervention…

Chers amis,

Cet assassinat nous en rappelle d’autres.

En 1993, Ugur MUNCU, écrivain et chroniqueur très populaire du journal de centre-gauche Cumhurriyet, partisan d’un système laïc turc, a été tué dans un attentat à la bombe dans son appartement.

En 1999, c’est l’ancien ministre de la culture, universitaire et journaliste Ahmet Taner Kistali qui été tué avec une bombe placée sous sa voiture.

La Turquie a vraiment du mal à changer ses habitudes.

J’ai une pensée émue pour la famille de Hrant Dink. Et c’est avec beaucoup d’émotion que je m’exprime aujourd’hui devant vous.

Hrant Dink était un homme d’espoir.
Il était un porte-parole, un intellectuel, un guide et un protecteur de la petite communauté arménienne de Turquie.

Hrant Dink était un homme de dialogue et de paix.
Il était persuadé de la nécessité d’une réconciliation entre le peuple arménien et le peuple turc.

Hrant Dink était surtout un militant de la Cause Arménienne.
Rédacteur en chef de l’hebdomaire bilingue arménien-turque « Agos », Dink symbolisait à sa façon, à sa manière et avec son arme favorite, l’écriture, la liberté de penser et la défense de la langue, de la culture et de l’histoire arménienne. Il était le garant de l’intégrité physique de la communauté arménienne de Turquie.

Oui, je tiens l’Etat turc responsable de ce meurtre. Par sa politique de négation d’Etat et son soutien aux milieux nationalistes et extrêmistes, le Gouvernement turc encourage ceux qui ont assassiné H Dink.

D’ailleurs, pour le Comité de Défense de la Cause Arménienne les motivations politiques de font aucun doute.

Je dénonce aussi le climat de haine que suscite les autorités turques autour de ceux qui personnifient la démocratisation de la société turque et la liberté d’expression.

Dink était attaché à la liberté d’expression et cela lui a valu une condamnation de 6 mois avec sursis l’an dernier pour atteinte à l’identité turque, pour une simple évocation du Génocide Arménien.

Chers amis,
Le Génocide Arménien appartient à la conscience universelle et à notre mémoire collective.

Pourtant, le 21 octobre dernier, au cœur de Paris, sur les marches de l’Opéra Bastille, 200 manifestants n’ont pas hésité à faire le salut des « Loups Gris », la branche activiste du parti d’extrême droite turc MHP et tenant des propos négationnistes du génocide arménien.

La Turquie exporte sa haine en France avec la complicité active de ses représentations diplomatiques. C’est l’occasion pour moi de rappeler l’importance d’une loi pénalisant la négation du génocide arménien en France.

A Istambul, Hrant Dink se savait menacé. Tout comme la communauté arménienne de Turquie qui depuis 90 ans, sont traqués, regardés, observés, menacés et vivent dans la peur.

Cette peur doit cesser. L’Union européenne doit prendre ses responsabilités.

Et ce n’est pas les propos déplacés du Premier Ministre Erdogan prétextant « une attaque contre la paix et la stabilité de la Turquie » qui vont calmer les esprits.

Une Turquie qui refuse de reconnaître le génocide arménien,
Une Turquie qui occupe Chypre,
Une Turquie qui bafoue les droits de l’Homme,
Une Turquie qui refuse de donner sa place légitime au peuple kurde,
Une Turquie qui depuis 1991 fait un blocus économique à l’encontre de l’Arménie,
Une Turquie qui continue à spolier les biens de nos familles,
Une Turquie qui assassine,

Et bien, cette Turquie là, non, n’a vraiment pas sa place en Europe !

4 commentaires sur “Mon intervention devant le Consulat de Turquie à Marseille après la mort de Hrant Dink”

  1. Bonjour,

    On retrouve bien là dans ses propos forts de sens, ton humanisme militant mon cher Vartan. Tu as raison sur toute la ligne, la culpabilité du régime turc ne fait aucun doute dans l’exécution (car c’est de cela dont il s’agit) de cet écrivain pour la liberté qu’était Hrant Pamuk.

    Tu as également raison Vartan de rappeler que ce type d’exécution de combattant pacifiste, au service de l’épanouissement par la démocratie de la société turque, est monnaie courante dans ce pays.

    Par ton discours, tu as démontré que l’Humanisme au service de la paix et de la fraternité entre les peuple était paradoxalement un combat permanent, et c’est ainsi que tu as rendu le plus beau des homages à une figure de ce combat qu’était Hrant Pamuk.

    #16
  2. Matthieu

    Ainsi, pour Erdogan, c’est l’unité du peuple turc que fragilise le meurtre de H. Dink… quel cynisme de la part d’un chef de l’Etat qui ne voit que trop les répercussions qu’aura ce geste abject sur l’image de la Turquie au sein de la communauté internationale… Erdogan, qui ne se sera même pas rendu aux funérailles.

    #20
  3. Sandrillon

    VARTAN PRESIDENT

    #21
  4. bonsoir et bravo pour votre blog.
    je tenais à vous signaler l’existence du blog de Jean-Noël Guérini : http://www.jn-guerini.fr
    , lancé au à la mi janvier. Vous pourrez notamment y découvrir l’engagement franc et massif du président du Condeil général des Bouches-du-Rhône pour la reconnaissance du génocide arménien :
    http://www.jn-guerini.fr/2007/01...
    http://www.jn-guerini.fr/action-...
    Bien à vous,

    #22

Laisser un commentaire